Bienvenue chez CENTURY 21 Immo'Villiers 17, Agence immobilière PARIS 75017

Si Villiers vous était conté, partie 3 - Fin du voyage

Publiée le 15/12/2020

C’est un plaisir de vous revoir pour cette dernière traversée du temps ! Nous constatons que personne ne s’est fait dévorer par les crocodiles de la salle des coffres de l’hôtel Gaillard. Il est temps d’évoquer le bouleversement le plus important de notre quartier, celui qui façonna nos rues et nos bâtiments tels que nous les connaissons aujourd’hui : les travaux haussmanniens.

«Du boulevard du Temple à la barrière du Trône, une entaille; puis, de ce côté, une autre entaille, de la Madeleine à la plaine Monceau; et une troisième entaille dans ce sens, une autre dans celui-ci, une entaille là, une entaille plus loin, des entailles partout.» Émile Zola, La Curée, 1871

L’œuvre de Zola décrit le Paris sale, le Paris tranché à vif par l’ouverture de grandes artères, le Paris détruit d’un côté et reconstruit de l’autre. Il fallait donner aux Parisiens « de l’eau, de l’air et de l’ombre » (citation attribuée au préfet Rambuteau), le Baron Haussmann répondra à cette demande de façon aussi révolutionnaire que radicale, ce qui lui vaudra le surnom d’« Attila ».

Nous sommes fin du XVIII siècle, début XIX, le 17ème arrondissement ressemble encore à une bourgade médiévale où se mêle cabanons de chasse et terrains de fermage. Le château de Monceau est encore debout et les hameaux s’entassent tout autour. Les rues sont exiguës, insalubres, sortir de son quartier est difficile pour les habitants de l’époque.

A travers les gravures de l’Atlas générale de la Ville, des faubourgs et monuments de Paris de 1836 publié par Théodore Jacoubet, on constate que seul le boulevard extérieur – ce qui fut le mur des Fermiers généraux - dessert la lisière de l’arrondissement en devenir. Il faudra donc ouvrir en grand le quartier pour enfin l’intégrer pleinement à la capital, notamment à travers le boulevard Malesherbes. La « route de la Montagne-du-Bon-Air » est rénovée pour devenir l’avenue des Ternes. Le Baron Haussmann fera aussi construire le marché des Batignolles tout de pierres et de structures métalliques, qui fut détruit en 1975 puis reconstruit, marché aujourd’hui très prisé pour ses produits bio.

De nombreux logements seront détruits, repoussant les populations paysannes vers la périphérie parisienne et s’élèveront bientôt à la place des bâtiments à l’image de la rue de Rivoli qui servira de modèle pour l’ensemble des arrondissements parisiens.

Aujourd’hui le cabinet LAN Architecture propose une réinterprétation du style haussmannien autant qu’un hommage à travers son projet d’un ensemble de 40 logements qui pourrait voir le jour à la ZAC Clichy-Batignolles. Preuve, s’il en est, que la vision de Napoléon III et du Baron Haussmann continue d’inspirer, près de 2 siècles plus tard.

C’est ici que se termine notre voyage. Nous espérons que celui-ci vous aura séduit et que vous y avez pris plaisir autant que nous avons plaisir à vous raconter notre quartier.

 

 

 

Source : pariszigzag.fr, Wikipedia, bibliotheques-specialisees.paris.fr, batiactu.com

Notre actualité

  • Agence immobilière Paris 17e : à quel prix ...
    Au niveau global, le marché de l’immobilier parisien semble plutôt simple à comprendre : les prix augmentent toujours et les biens se vendent rapidement. Oui, mais en détail, ce n’est pas exactement la même chose. D’une rue à l’autre, parfois même d’un bâtiment à l'autre, la tendance peut être différente. Alors, si vous voulez vendre vite et bien, c'est-à-dire au bon prix, demandez une estimation gratuite et sans engagement à l’équipe de votre agence immobilière CENTURY 21 Immo’Villiers, 19 bis rue Legendre. [Lire la suite]