Bienvenue chez CENTURY 21 Immo'Villiers 17, Agence immobilière PARIS 75017

Le Parc de Monceau, 1ère partie

Publiée le 17/02/2021

Quand on voit Paris pour la première fois, on pourrait se sentir passablement écrasé par la démesure de ses immeubles, tours de pierres froides tantôt sublimement ouvragées tantôt modernement plates aux multiples façades vitrées. L’on frappe l’asphalte des trottoirs d’un pas pressé, l’on sent vibrer la vie souterraine des métros et RER. Et au détour d’une rue, une bouffée de nature.

 

Et à la lisière de notre cher XVIIème arrondissement palpite un poumon de verdure, que l’on dit l’un des plus beaux de Paris : le Parc Monceau.

On estime la taille originelle du parc entre 18 et 20 hectares, ce qui laisse rêveur quand on sait que le parc actuel ne fait plus que 8,25 hectares. Son histoire commence avec Louis-Philippe d’Orléans, Duc de Chartres qui, en 1769, fait construire par l’architecte Colignon sur 1 hectare de terrain situé à « Mousseau », un pavillon octogonal à 2 étages entouré d’un jardin à la française. En 1773, afin de concurrencer les jardins de Bagatelle, d’Ermenonville, le désert de Retz et surtout Versailles, le Duc charge le peintre et paysagiste Carmontelle de constituer sur les 19 hectares restant du terrain un ensemble de fabriques de jardins, une folie, d’où le premier nom que portera le parc Monceau « la folie de Chartres ».

 

Selon les goûts de l’époque, Carmontelle imagine un « pays d’illusion » et le jardin à la française se transforme en espace de style anglo-chinois agrémenté de ferme suisse, moulins hollandais, pagode, pyramide, ruines féodales et antiques, tentes turques et grottes afin d’abriter jeux et collations. De toute cette débauche d’ouvrage ne reste que la Naumachie et la pyramide. Il est amusant de noter que la Naumachie, ce bassin ovale bordé par une colonnade corinthienne dont le nom renvoie aux bassins accueillant les combats navals dans l’Antiquité, est constituée des « restes » de la chapelle funéraire commandée par Catherine de Médicis , la Rotonde des Valois, pour accueillir le tombeau de Henri II à côté de la basilique de Saint-Denis, qui ne fut jamais achevée et détruite en 1719.

En 1787 une partie du jardin fut libérée pour la construction de la rotonde par Ledoux, rotonde toujours visible aujourd’hui et qui accueille les visiteurs à son entrée nord au niveau de la rue de Courcelles.

 

Arrêtons nous à cette première esquisse et rendez-vous le mois prochain pour la découvrir l’évolution du parc Monceau.

 

  

Sources : Wikipédia, pariszigzag.fr, paris1900.lartnouveau.com, vivreparis.fr, unjourdeplusaparis.com

Notre actualité

  • Agence immobilière Paris 17e : à quel prix ...
    Au niveau global, le marché de l’immobilier parisien semble plutôt simple à comprendre : les prix augmentent toujours et les biens se vendent rapidement. Oui, mais en détail, ce n’est pas exactement la même chose. D’une rue à l’autre, parfois même d’un bâtiment à l'autre, la tendance peut être différente. Alors, si vous voulez vendre vite et bien, c'est-à-dire au bon prix, demandez une estimation gratuite et sans engagement à l’équipe de votre agence immobilière CENTURY 21 Immo’Villiers, 19 bis rue Legendre. [Lire la suite]